Offensive du 24 octobre 1916 pour la reprise du fort de Douaumont par les soldats Français pendant la bataille de Verdun.

Georges Désiré BAZARD

bazardGeorges Désiré BAZARD est né au Bouchon le 21 mai 1897. Fils de François Felix BAZARD et de Marie Flore MATHIEU, il a un frère jumeau prénommé Marie Pol Henri et un plus jeune frère, Marie Eugène Lucien. La famille demeure au Bouchon où elle possède une petite ferme familiale.  

En août 1914 à l'heure de la mobilisation générale Georges n'a que 17 ans et n'est pas mobilisé.

Incorporé au service armée en même temps que son frère Pol Henri le 9 août 1916, il arrive au corps deux jours plus tard le 11 août. Il séjourne au conseil de révision de Rennes du 26 janvier au 13 février 1917 avant d'être affecté le 21 février 1917 au 9e Bataillon du 94e régiment d'infanterie caserné à Bar-le-Duc. 

Pour Georges le baptême du feu commence avec cette affectation qui le conduit sur les champs de batailles de l'Aisne où il participe à l'offensive Française du Chemin des Dames qui se déroule d'avril à début mai 1917. Le régiment est engagé pour le combat de Berry-au-bac, Juvincourt et la côte 108. Le Chemin des Dames est dans toutes les mémoires, il est considéré comme le théâtre de l'un des drames les plus effroyables de la première guerre mondiale. 100.000 hommes perdent la vie en quelques jours sans résultat militaire notable après une offensive Française mal préparée lancée sur l'Aisne le 16 avril 1917.                         

chemin des dames ange gardien

Plateau de Laffaux - Ferme de Vauxrain - Lieu-dit l'ange gardien. Le paysage apocalyptique de l’extrémité ouest du Chemin des Dames... 

Les violents combats se poursuivent pour le 94e RI avec un retour en Meuse à Verdun en juin-juillet, Bezonvaux, Les Chambrettes puis bois des Fosses du 20 au 26 août 1917.   

En quelques mois la mort de masse est devenue le quotidien. L'insouciance de la jeunesse était perdue, Le Bouchon n'était déjà plus qu'un souvenir presque lointain pour Georges qui n'y reviendra plus.

Dix jours avant la fin de la guerre 

regiment161

Le 28 septembre 1917 Georges passe au 161e régiment d'infanterie dit "Régiment des Portes de Fer". Le 2 octobre 1917 il part en renfort du 160e RI. Du mois d'octobre 1917 au mois de mai 1918 il est au bois le Prêtre puis Lesménils dans la région de Pont-à-Mousson avant un départ sur le front de la Marne en juin et enfin dans l'Aisne en octobre-novembre 1918.

L'offensive Meuse-Argonne qui fut la dernière attaque de la première guerre mondiale commence. La bataille du Chesne et de Buzancy débute le 1er novembre 1918 à l’extrémité sud de la Hunding Stellung (ligne de défense Allemande au nord de l'Aisne)  avec la 4e armée Gouraud et la 1ère armée américaine, entre Aisne et Meuse, en direction de Mézières-Sedan, poursuivant les Allemands en retraite vers le canal des Ardennes. Le 161e RI est engagé vers Vouziers et Condé-lès-Vouziers avec comme premier objectif les lisières sud du bois de Vandy, les côtes 193 et 183. Les combats font rage aux alentours de la ferme du Pissois et la progression vers l'objectif est difficile. Les pertes du régiment pour cette seule journée sont lourdes, 13 officiers et 350 hommes, Georges Désiré BAZARD en fait partie.

Dans un premier temps il est blessé et son frère jumeau Pol Henri affecté dans le même régiment, combattant à ses côtés, le voyant blessé, lui porte secours et tente de l’évacuer. A ce moment Georges est touché une seconde fois, mortellement, et Pol Henri s'effondre à son tour, sérieusement blessé au bras gauche par un éclat d'obus. Il est évacué vers l'hôpital n°12 à Autry par transport sanitaire le 2 novembre et soigné jusqu'au 20 novembre 1918, il ne reverra jamais son frère. Georges sera rayé du corps le 2 novembre 1918 et inhumé temporairement au sud-ouest de la ferme du Pissois (aujourd'hui disparue) sur le territoire de la commune de Condé-les-Vouziers (avis C.B. 24429 H du 30/12/1918 - Carnet du champs de bataille 221/99).

Après la guerre, en 1919, une nécropole nationale est créée à Chestres pour regrouper les corps des soldats tués et inhumés temporairement sur les champs de batailles du secteur de Vouziers. Elle regroupe également les corps exhumés de cimetières militaires du département des Ardennes.  La nécropole rassemble pour 1914-1918 2.902 corps : 2.484 Français dont 1.337 en ossuaire, 10 Belges, 124 Russes, 282 Tchèques dont 122 en ossuaire. La sépulture de Georges Désiré BAZARD porte le n° 938. 

chestres1

Necropole Nationale de Chestres dans les Ardennes en mars 2015

Marie Pol Henri BAZARD sera démobilisé le 4 septembre 1919. Il décédera en 1964 et sera inhumé à Le Bouchon sur Saulx.

Depuis 1919 "Le Bouchon" est rebaptisé "Le Bouchon sur Saulx".

 

CONSULTEZ LES ARCHIVES

( Cliquez sur les images ) 

              fiche bazard desire   états signalétiques et des services   vignette jmo