Espoir et joie envahissent les enfants internés, après la libération en avril 1945, du camps de Dachau dans lequel des habitants de la vallée de la saulx furent déportés. 

Le massacre de la vallée de la Saulx

Le saviez-vous ? Le massacre de la vallée de la Saulx figure parmi les cinq grands massacres commis  par les soldats allemands en 1944. Il rejoint ainsi Oradour-sur-Glane (Haute-Vienne), Maillé (Indre-et-Loire), Tulle (Corrèze) et Ascq (Nord). Le 29 août 1944, 86 habitants des villages de Robert-Espagne, Beurey-sur-Saulx, Couvonges et Mognéville furent massacrés par des militaires de la Wehrmacht alors que les premières exactions en France avaient été perpétrés par les SS.

Les faits

Face à l'avancée des alliés, Hitler décide de rapatrier la 3e division de Panzergrenadiers d'Italie vers la France pour couvrir la retraite allemande. Le 29e régiment de la division arrive au sud-ouest de Bar-le-Duc le 28 août 1944. Les unités sont reparties dans plusieurs villages situés entre Bar-le-Duc et Saint-Dizier et notamment dans la vallée de la Saulx. Le 29 août au matin plusieurs unités du régiment font mouvement vers l'ouest en direction de Vitry-le-François. L'un des convois circulant dans la forêt de Trois-Fontaines subit des coups de feu par un petit groupe de résistants locaux, fait attesté par des procès verbaux établis quelques jours plus tard par la gendarmerie. Il est probable qu'un officier allemand ait été blessé et l'ordre fut donné de bloquer les villages suivants qui devaient être traversés, Robert-Espagne, Beurey-sur-Saulx, Couvonges et Mognéville. Les Soldats allemands bloqueront toutes entrées et sorties des villages avant de rassembler les hommes et de piller systématiquement les maisons avant d'y mettre le feu. A Robert-Espagne et Couvonges les hommes raflés seront abattus à la mitrailleuse dans l’après midi. A Mognéville notons le courage d'un notaire parlant allemand qui parviendra à négocier la libération des otages, deux hommes et une femme seront néanmoins tués. Notons également l'intervention de "malgré nous" qui préviendront discrètement des habitants de Beurey-sur Saulx leur permettant de fuir à temps. Cinq vieillards et une jeune fille seront abattus dans ce village. Partout des habitants sont abattus dans leurs villages alors qu'ils tentaient de fuir. La gendarmerie ne fait pas exception, 3 gendarmes de la brigade de Robert-Espagne sont fusillés.

massacres vallée SaulxLe bilan humain de cette journée du 29 août 1944 est lourd. A Robert-Espagne 49 hommes sont fusillés et un autre abattu dans la rue. 26 hommes sont fusillés à Couvonges. Une jeune fille de 16 ans aperçue par des soldats est abattue à Trémont-sur-Saulx. On dénombre 86 victimes dans la seule vallée de la Saulx meusienne. Les dégâts matériels sont également très considérables avec plusieurs centaines de maisons brûlées : 54 sur 60 à Couvonges, 200 sur 300 à Robert-Espagne. Ce régiment multipliera les exactions sur son parcours en se repliant vers Saint-Mihiel et Pont-a-Mousson mettant à feu et à sang les villages de Mamey et Martincourt en Meurthe&Moselle.

Enquête, responsabilités et poursuites pénales

Le 13 mars 1945 une commission rogatoire adressée à la brigade de gendarmerie de Robert-Espagne par le délégué régional du services des recherches des crimes de guerre ennemis permet l’exécution d'une procédure. Un procès-verbal de 29 pages en date du 12 avril 1945 est rédigé par le Maréchal des logis-chef Léon Hurel commandant de la brigade de Robert-Espagne. Le 29e régiment de la 3e division Panzergrenadiers est rapidement identifié par l’enquête. L'instruction menée par le tribunal militaire de Metz permit d'identifier 8 militaires allemands sur la cinquantaine qui aurait participé au exactions. L'instruction s'acheva en 1950 avec huit inculpés en fuite. Le jugement rendu, les condamnations ont été prononcées par contumace le 28 mai 1952 : 4 condamnations à mort et 4 condamnations aux travaux forcés à perpétuité. En 1990 la peine de mort du Colonel Schaefer, commandant du régiment, a été annulée grâce à sa famille étant parvenue à prouver qu'il ne commandait plus ce régiment le 29 août 1944.

Article réalisé d’après des documents du Service Historique de la Défense - département gendarmerie.

massacres vallée Saulx2

 

Extrait du procès-verbal du 12 avril 1945

Document conservé au Service Historique de la Défense dans le fonds de la gendarmerie sous la cote 55 E 432.

robertesp 01 

                                           robertesp 02

Dans un premier temps, au regard de la violence des exactions, les faits furent attribués à une formation de S.S.. Le 29e régiment de la 3e division de Panzergrenadiers de la Wehrmacht fut identifié plus tard.